1

1/4 Covid-19 et le tracking : La stratégie du choc ou lorsque les états passent à la surveillance de masse 🇷🇺 🇮🇹 🇬🇧 🇩🇪 🇰🇷 🇮🇷 🇮🇱 🇺🇸

Comme le disait Edward Snowden :

La peur est une formidable stratégie politique. Pour terrasser nos valeurs les plus précieuses, notre héritage, notre histoire, nos lois, la protection des droits, il n’y a qu’a invoquer le terrorisme. C’est tout […] les droits s’évanouissent et les lois liberticides passent.

Edward Snowden

Mais ce qui ébranle nos démocraties en ces temps, ce n’est pas le terrorisme mais le corona virus. Et Snowden le dit aussi :

Le Covid-19 pourrait conduire à une surveillance étatique étendue et durable.

Edward Snowden

En effet, au prétexte de lutter contre la pandémie, certains gouvernements ont par exemple mis en place des applications pour smartphone, permettant de surveiller leurs utilisateurs très précisément. Ces initiatives éhontées, censées endiguer la pandémie, se multiplient partout dans le monde. Et certaines ressemblent beaucoup à de la surveillance de masse.

Dans une récente interview, Snowden reconnaît que la menace du coronavirus est tellement importante que le seul moyen de s’en débarrasser est de mettre ces moyens à contribution. Toutefois, le lanceur d’alerte prévient qu’une fois cet arsenal sorti du tiroir, il sera difficile (pour les gouvernements) de s’en passer.

Lorsque nous voyons des mesures d’urgence adoptées, en particulier aujourd’hui, elles ont tendance à être contraignantes. Ce qui se passe en général est que l’urgence a tendance à durer dans le temps. Conséquence : les autorités commencent à se sentir à l’aise avec un nouvel instrument de pouvoir. Puis, arrive le moment où l’urgence initiale passe : le coronavirus a disparu, le terrorisme n’est plus un problème majeur… C’est alors que les gouvernements commencent à trouver de nouvelles applications, de nouvelles utilisations pour cet instrument de pouvoir. Ils se mettent alors à réfléchir à des moyens de ne pas l’abandonner, d’en faire un outil permanent, ce, même s’il faut voter des lois. On a vu ce genre de choses se produire dans plusieurs pays. Ce n’est pas l’apanage d’un en particulier

Edward Snowden

Avec le coronavirus, l’humanité fait face à un dilemme : il existe effectivement des technologies qui peuvent être utiles pour mesurer en temps réel l’efficacité des décisions mises en place. Mais elles sont si intrusives qu’en temps normal, leur adoption se heurterait au refus de la population. Toutefois, les temps actuels ne sont pas normaux, ce qui fait que pistages de smartphones et autres reconnaissance faciale vont devoir continuer d’être mis à contribution pour la durée de la période de crise. C’est seulement après la crise qu’il faudra les envisager comme inutiles. Snowden se veut malheureusement clair sur le sujet : « les mesures de surveillance high-tech contre le Covid-19, en principe temporaires, ont de fortes chances de devenir permanentes. »

Les initiatives en Europe

En Europe, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont conclu des accords avec les opérateurs télécoms pour utiliser des données anonymes agrégées afin de créer des cartes thermiques virtuelles des mouvements des personnes.

En Pologne, le gouvernement a publié une application qui oblige les personnes testées positives au virus à prendre régulièrement des selfies géolocalisés pour prouver qu’elles sont bien confinées. C’est ça ou la police.

Les autorités tchèques testent quant à elles un système informatique retraçant rapidement, grâce aux données notamment de téléphonie, les contacts qu’ont eus des personnes infectées par le Covid-19, afin d’enrayer sa propagation.

Taiwan

Le gouvernement a installé une clôture électronique. Le système surveille les signaux téléphoniques pour alerter la police et les autorités locales si les personnes en quarantaine s’éloignent de leur domicile ou éteignent leur téléphone.

En Corée du Sud

La Corée du Sud a envoyé des alertes par SMS pour avertir les gens lorsqu’ils ont pu être en contact avec un patient atteint d’un coronavirus, en indiquant des détails personnels comme l’âge et le sexe.

Singapour

Les autorités singapouriennes utilisent également une application pour smartphone permettant de suivre la diffusion du Covid-19 en traquant chaque individu qui pourrait avoir été exposé.

Une capture d’écran de l’app Trace Together utilisée à Singapour

En Iran

Les citoyens sont invités à télécharger une application qui prétend pouvoir détecter si des personnes sont infectées ou non. Ce qu’elle peut faire surtout, c’est capter de grandes quantités de données personnelles, et même suivre la localisation des gens en temps réel.

Aux Philippines, on décroche éhontément le pompon

Aux Philippines, le président Rodrigo Duterte a donné l’ordre à la police d’abattre toute personne qui causerait des troubles. «Au lieu de causer des problèmes, je vais vous envoyer dans la tombe», a-t-il menacé ceux qui ne respecteraient pas le confinement. Tout en finesse…

Israël

Israël a accordé à ses services d’espionnage le pouvoir de pirater les téléphones des citoyens sans mandat.

En Russie

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a déclaré vouloir mettre en place un «système de contrôle intelligent», qui sera introduit «dans les prochains jours», après quoi les résidents ne seront plus autorisés à quitter leur domicile sans permis. L’édile de la capitale russe a assuré que ce système permettra «d’assurer un contrôle quasi-absolu sur les déplacements des gens».

Aux Etats Unis

Enfin, le gouvernement américain travaillerait avec Facebook et Google pour utiliser les données de localisation pour garder une trace de la concentration des cas de coronavirus.

En France

Voir l’article sur le Covid-19 et le tracking en France.

La prophétie de Benjamin Franklin (1706-1790)

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et finit par perdre les deux

Benjamin Franklin

Allez, c’est cadeau…

Face au virus, la tentation de la manière forte sur Letemps.ch

Et cette vidéo très intéressante sur le Covid 19 et la stratégie du choc :

L’absence d’ennemi est particulièrement utile puisqu’elle permet de prolonger l’état d’exception vu qu’il n’y aura jamais de capitulation [du Covid 19]

Vous pouvez évaluer cet article en un clic. Garanti sans gluten. Merci !
(Evaluations : 1 / Moyenne : 5)

Piregwan pour Krakoukas.com

Maître des traditions et Grand malade à World of Warcraft (18.000 heures de jeu), amateur de piments 🌶️ au delà de 30.000 Scoville et de pizza maison 🍕, j'aime les 3C (les chats 😼, le code et les choux de Bruxelles 🥦) et la philosophie du CCC allemand (Chaos Computer Club 💻).

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *