1

2/4 Covid-19 et le tracking : Meanwhile in France đŸ‡«đŸ‡·

La vitesse supérieure

Le 5 avril, Le ministre de l’IntĂ©rieur Christophe Castaner a confirmĂ© que le gouvernement rĂ©flĂ©chissait Ă  une solution pour exploiter les donnĂ©es personnelles des tĂ©lĂ©phones et tracer les Ă©ventuelles contaminations au Covid-19.

« Le tracking fait partie des solutions retenues par un certain nombre de pays, donc nous avons fait le choix de travailler en lien avec eux pour regarder ces solutions. Je suis convaincu que si elles permettent de lutter contre le virus et, si Ă©videmment, elles respectent les libertĂ©s individuelles, c’est un outil qui sera retenu et soutenu par l’ensemble des Français Â»

Castaner

Rien de surprenant quand on voit comment le tracking est mis en place dans la plupart des pays du monde.

La surprise, le volontariat

Aux Etats Unis, le gouvernement amĂ©ricain travaillerait avec Facebook et Google pour utiliser les donnĂ©es de localisation pour garder une trace de la concentration des cas de coronavirus. Tout cela sans le consentement des utilisateurs.

La surprise pour la France, c’est plus sur le caractĂšre volontaire. L’idĂ©e ? Une application suivant les dĂ©placements des personnes pour savoir qui a rencontrĂ© qui durant les 21 derniers jours. C’est par le Bluetooth que ces informations transiteraient, de tĂ©lĂ©phone en tĂ©lĂ©phone.

Si un utilisateur est diagnostiquĂ© avec le coronavirus, « toutes les personnes entrĂ©es en contact Ă©troit avec [lui] en sont immĂ©diatement informĂ©es Â». S’ensuit une recommandation adressĂ©e Ă  ses connaissances « de se mettre en quarantaine chez soi pour une durĂ©e de 14 jours ou jusqu’à ce qu’elles aient Ă©tĂ© testĂ©es Â». 

Ne vous y trompez pas. Le gouvernement fait appel au volontariat parce qu’aucun cadre lĂ©gal n’existe en la matiĂšre et qu’en l’Ă©tat, s’il imposait son application, ils se casserait les dents. Il met donc en avant cette solution volontaire s’appuyant sur le consentement des personnes concernĂ©es.

Et pour vous forcer un peu la main, quoi de mieux que la promesse d’un dĂ©confinement uniquement pour les personnes ayant installĂ© l’application ?

Trop de bonne volonté nuit aux libertés

Dans un sondage rĂ©alisĂ© auprĂšs de 1010 rĂ©pondants, « 78.8 % des personnes interrogĂ©es installeraient l’application sans aucun doute ou probablement Â». 93.7% dĂ©clarent « qu’ils se conformeraient de la mĂȘme maniĂšre Ă  ces recommandations Â». 

26% seulement craindraient toutefois une surveillance aprĂšs l’épidĂ©mie. 

Le Covid-19 pourrait conduire Ă  une surveillance Ă©tatique Ă©tendue et durable.

Edward Snowden

Bonus

Un article sur le sujet sur Usine Nouvelle et un autre sur la DĂ©pĂȘche.

Vous pouvez Ă©valuer cet article en un clic. Garanti sans gluten. Merci !
(Evaluations : 1 / Moyenne : 5)

Piregwan pour Krakoukas.com

MaĂźtre des traditions et Grand malade Ă  World of Warcraft (18.000 heures de jeu), amateur de piments đŸŒ¶ïž au delĂ  de 30.000 Scoville et de pizza maison 🍕, j'aime les 3C (les chats đŸ˜Œ, le code et les choux de Bruxelles đŸ„Š) et la philosophie du CCC allemand (Chaos Computer Club đŸ’»).

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *